jeudi 13 janvier 2011

Côte à l'os en croûte de sel...ou comment devenir carnivore...


D'ordinaire, je suis plutôt volaille....plus léger, plus digeste.....

....mais quand j'ai aperçu ce beau morceau de boeuf prisonnier de sa vilaine barquette blanche, étouffé par ce méchant cellophane, dans cet endroit gelé perdu au fond d'un supermarché, j'ai pris mon courage à 2 mains....Oui! Je l'ai arraché à ses ravisseurs, courant vers la sortie, laissant au passage la rançon imposée !


Arrivée à la maison, je l'ai délicatement déballé et là...j'ai eu un choc! Il était tout nu! Pas possible! Moi, si prude, je ne pouvais pas le regarder en face, dans toute sa splendeur rougeoyante! Il a fallu qu' immédiatement, je trouve de quoi l'habiller....oui mais comment habiller un morceau de boeuf de cette qualité, si beau, si tendre, si...appétissant! Pas question d'emprunter le smoking de "mon cher et tendre", ni le jogging de mon ado, ni la jupette de la petite dernière...Vous imaginez! ...de plus, il fallait faire vite! Un morceau de choix comme lui ne pouvait rester dans cette position inconfortable et terriblement dégradante plus longtemps....!

C'est là que mon esprit n'a fait qu'un tour! J'ai attrapé le gros pot de gros sel jusque là réservé à la cuisson mes nouilles et j 'ai soigneusement , délicatement et tendrement habillé l'objet de mes désirs, de cristaux d'un blanc très lumineux...Il était devenu resplendissant, presque éblouissant!



Et puis, j'ai pris conscience que le pauvre avait passé trop longtemps dans un frigo frigorifiant...il fallait que je le réchauffe!
La solution la plus simple : le four!
Je l'ai donc réchauffé, sûre qu'une vingtaine de minutes suffirait à lui faire reprendre un peu de vigueur! .......Lorsque je l'ai sorti, un parfum envoûtant se dégageait de son lit de porcelaine...j'ai donc décidé de regarder s'il se sentait mieux...Je lui ai peu à peu ôté son bel habit blanc et.......je.........je l'ai dévoré!


Ingrédients :

-Une belle côte à l'os de presqu'un kilo (la mienne n'avait pas d'os)
-500g à 750g de gros sel (avec du sel de Guérande c'est encore meilleur)

Pour la sauce (facultatif)
-2 échalotes
-150 g de beurre
-5 cl de vinaigre de vin rouge (50g)
-Sel, poivre


Préchauffez le four à 210°C (th7).
Sortez très délicatement votre superbe pièce de viande de son emballage et placez-la dans le plus beau de vos plats à four.
-Pour des raisons de dignité et de décence, je n'ai pas pris la photo de ce "magnifique morceau de viande. Merci de votre compréhension-
Habillez-le du plus beau gros sel que vous ayez trouvé (dessous et dessus, on ne fait pas les choses à moitié).

Là, habillé, je peux vous le montrer! Il est beau n'est-ce pas?


Placez le tout doucement dans le four et laissez-le reprendre du poil de la bête (cuire quoi!) pendant environ 20 minutes (ou plus s'il est encore plus costaud!)

Pendant ce temps, préparez la sauce rouge (facultatif):
Ciselez finement les échalotes, faites les revenir dans une casserole avec une noix de beurre. Lorsqu'elles sont dorées et tendres, ajoutez le vinaigre de vin rouge, le sel et le poivre, laissez mijoter une minute et ajoutez le beurre en petits morceaux en remuant vivement. Ça c'est fait!

Dès que le four vous appelle (s'il est muet, demandez à la minuterie de le faire), sortez le lit de porcelaine (ou de grès) du four et essayez de réveiller l'objet de vos désirs les plus fous (Sortez le morceau de viande et secouez le un peu!) Attention, il va sous vos yeux se déshabiller! Gardez votre calme!
Lorsque son vêtement de gros sel est totalement ôté, posez le délicatement dans un plat de service attendez quelques minutes mine de rien pour ne pas qu'il soupçonne quoi que ce soit, qu'il se détende et.....coupez-le rapidement en tranches épaisses avant qu'il ne se mette à crier ou ne s'échappe!

Croquez et mâchez à pleines dents...........Que c'est bon d'être carnivore!


Mmmmmmmmmmh.......!

13 commentaires:

  1. c'est exactement le genre de lecture qui me donne envie de libérer tous les prisonniers rougeoyants des supermarchés!
    Merci de ce savoureux moment plein de ... sel!

    RépondreSupprimer
  2. Hélène Marien14 janvier, 2011

    Myriam! Tu es un génie! En faisant l'inventaire de mon congélateur, j'ai découvert une côte à l'os, toute seule dans son tiroir... je me suis dit que l'été était bien loin pour la mettre au barbecue... Tu me donnes la solution avec, en prime, une belle partie de rigolade en lisant ta prose. Merci !!!

    RépondreSupprimer
  3. moi j'adore la viande !!pierre

    RépondreSupprimer
  4. Est ce une belle histoire en fait?... Ça a bien commençé pour cette pauvre côte mais son destin reste funeste..... Enfin.... C'est un bon dénouement gastronomique en tous cas !.... Et j'aime les histoires de viande froide....

    RépondreSupprimer
  5. J'adore ta recette et ta façon de la conter ! Un vrai délice que de te lire !
    Vous avez du vous régaler !
    Amitiés d'Isa-Marie

    RépondreSupprimer
  6. Moi aussi, je suis plus volaille, mais ton mode de cuisson est parfait et la couleur de ta viande exactement comme j'aime quand je mange de la viande rouge. merci pour cette belle idée.

    RépondreSupprimer
  7. Comme je te comprends ... Résolution n°1 de l'année; je ne serai plus raciste à l'avenir chez le boucher!!! Promis juré!
    Bravo @ toi ;o)

    RépondreSupprimer
  8. Bonne fin de week-end !
    Amitiés d'Isa-Marie

    RépondreSupprimer
  9. Quel jolie récit!! Heureusement que tu étais la pour le libérer l'habiller et le dévorer! Et surtout nous en faire profiter!! Bisous miss!

    RépondreSupprimer
  10. Mmm!! Quel régal!! Un mets des plus réconfortant:) Bon mardi!!xxx

    RépondreSupprimer
  11. Bonsoir !
    Ahhhhh que tu me fais envie...Moi qui suis aussi une grande carnivore (surtout de viande rouge) ! C'est pas trop salé comme ça ? Je vais tester rapidos je pense ! Et j'aime bien aussi le ton de ta recette ! Bonne soirée A bientôt

    RépondreSupprimer
  12. C'est un très beau plat et la viande est superbe!
    Bise

    RépondreSupprimer